Approches alternatives de l'autisme

Dérives du biomed et Chronimed

La véritable histoire de Suzanne Ruhlmann

Mis en ligne le 09/08/2020 (modifié) – Suzanne Ruhlmann

Olivia Cattan a posté ce long texte sur moi sur Facebook et l’a également diffusé par message privé. Je le commente ici au fur et à mesure. J’ai mis des éléments de contexte importants à la fin, notamment la chronologie pour situer le contexte et les enjeux.

1. OLIVIA : Alors comme je découvre ce post et ces com de Suzanne, je fais un résumé de la véritable histoire de SUZANNE… Je l’a posté sur son profil mais comme j’ai peur qu’elle l’efface, je vous l’envoie.(***)

SUZANNE : Il s’agit d’une série de fake news. Elle insinue que je serais une affabulatrice.

2. OLIVIA : Notre tribune avec Estelle Ast a été publiée dans le huffington post. C’est publié donc vérifiable. https://www.huffingtonpost.fr/olivia-cattan/mamans-denfants-autistes-nous-mettons-en-garde-contre-ces-traitements-alternatifs-qui-mettent-les-enfants-en-danger_a_23483800/ Elle date du 23 juillet 2018.(***)

SUZANNE :  Je n’ai jamais nié l’existence de cette tribune mettant en garde contre les dérives d’approches alternatives de l’autisme (= »biomed »)

3. OLIVIA : C’était une tribune suite à mon enquête. Des mamans nous avaient parlé de traitements antibiotiques et autres délires charlatanesques à l’association, Estelle avait essayé ces traitements et avait accepté de témoigner pour moi.

SUZANNE : C’est à l’occasion de cette tribune que je les ai contactées, mentionnant d’emblée ma propre enquête commencée un an auparavant, en immersion dans les réseaux sociaux, et mes investigations très poussées sur le Web en parallèle (*) et mes signalements autorités de santé.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-35.png
https://www.facebook.com/estelle.verly.ast/posts/2087571504793309?comment_id=2087640651453061 23/07/2018

4. OLIVIA : Mon livre, suite à cette tribune et aux infos que j’avais, était déjà en cours d’écriture.

Elle me l’a annoncé plus d’un an après (04/09/2019). (*)

Il s’agit du Livre noir de l’autisme, publié le 24 /09/2020)

5. OLIVIA : J’avais contacté la presse d’ailleurs, c’est aussi vérifiable (parisien, express, figaro). (***)

Je n’ai jamais nié ça.

Elle m’a même mise en contact avec des journalistes de ces 3 médias, deux d’entre eux m’ayant interviewée et rédigé un article décrivant mon parcours et ma démarche.

6. OLIVIA : A l’époque je ne connaissais même pas Suzanne, elle l’avoue d’ailleurs dans un de ces post. Si elle dit que c’est faux, nous avons la copie d’écran. Donc vous pouvez aussi le vérifier (***)

SUZANNE :  Je n’ai jamais prétendu qu’Olivia me connaissait avant la tribune du 23 juillet 2018 (et vice-versa). Il faut dire que j’étais loin du milieu associatif. C’est à l’occasion de cette tribune que je les ai contactées.

Je me suis demandée, par contre, si Olivia et Estelle avaient appris la nouvelle de la fermeture en catastrophe du principal groupe Facebook « biomed » (10.000 membres) juste un mois auparavant, que j’avais provoquée sans le vouloir et qui avait causé un véritable séisme dans ce milieu. Contexte : infiltrée dans ce groupe, j’ai mis plusieurs personnes en garde contre des faux traitements de l’autisme, faux examens, tests non validés, qui y était recommandés. Suite à cela, j’ai subi une diffamation visant à me discréditer. Pour appuyer ma plainte en diffamation, j’allais signaler des dérives que j’avais constatées, ce qui a provoqué la fermeture précipitée du groupe. https://debatbiomed.science.blog/la-fermeture-dun-groupe-biomed/

7. OLIVIA : C’est elle qui nous a donc contacté suite à cette tribune pour disait-elle « nous apporter son aide ».

SUZANNE : Dénigrement ? Impliquée dans la lutte contre ces dérives thérapeutiques depuis presqu’un an, j’ai proposé de « m’associer à leur combat », pensant qu’elles partageaient mes valeurs. Cette prise de contact a débouché sur d’innombrables échanges avec Olivia durant 1 an 1/2 (4371 messages échangés sur Facebook avant le clash du 19/12/2019, des mails, des heures au téléphone), dans l’optique de signaler ces dérives, cependant, Estelle Verly m’a ignorée pendant toute cette période.

8. OLIVIA : Elle disait s’être introduite dans des groupes biomed sous une fausse identité et fait des captures d’écran.

SUZANNE : Je n’ai pas usurpé d’identité. J’étais simplement sous pseudo. Je collectais des informations pour dénoncer des dérives depuis 2017. Il s’agit d’un travail d’investigation.

9. OLIVIA : Elle disait aussi que son fils était une victime de ces essais […]

SUZANNE : C’est faux

Je ne savais pas ce qu’il faisait étant restée sans nouvelles de sa part, cf. l’enregistrement de mon interview par OC (*). J’ai envisagé toutes sortes d’hypothèses à partir de divers indices, mais aucun moyen de les vérifier. J’ai vu, l’été 2017, qu’un faux traitement pour l’autisme ainsi d’autres produits lui ont été proposés dans un groupe Facebook « biomed » et qu’il a passé un examen dénué de validité scientifique (encéphaloscan) et surtout, qu’il était dans l’entourage direct d’une personne faisant la promotion de pseudo-thérapies pour guérir l’autisme. C’est dans ce contexte que j’ai commencé à enquêter sur ces dérives.

J’ai demandé à Olivia de modifier ce texte qu’elle a écrit et mis en ligne sur son site le 1er avril 2019 https://lemagazinedeladifference.com/handicap-biomedical-progres-ou-reelle-derive/ Le lien ne fonctionne plus, mais vous pouvez y accéder quand même en cliquant ici : https://web.archive.org/web/20200521004850/https://lemagazinedeladifference.com/handicap-biomedical-progres-ou-reelle-derive/

Demande de correction non prise en compte. relance le 25/06/2020 :

Correction toujours pas prise en compte le 14/09/2020…

Visiblement, on ne souhaite pas que je m’exprime, mais je le ferai quand même :

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-35.png

10. OLIVIA : Elle m’envoya ces captures d’écran ou des parents discutaient entre eux. Il y avait leurs noms. (***)

SUZANNE : J’ai uniquement collecté des extraits de discussions dans le cadre de groupes comptant des milliers de membres en vue de dénoncer des dérives très précises, les faux traitements de l’autisme.  Si je diffuse une capture d’écran, je prends soin de les anonymiser au préalable (sauf pour certains auteurs de fake news de santé potentiellement dangereuses à très large échelle. Par ex :

Exemple :

Do Polge a diffusé des fake news de santé à très large échelle . Ici il est question d’un livre qui a été retiré de la de la vente par Amazon

Ce livre a été retiré de la vente sur Amazon. Autre exemple, de conversation anonymisée que j’avais adressée à l’Ordre des médecins et qui a abouti à une procédure d’urgence contre un médecin https://debatbiomedscience.files.wordpress.com/2020/05/contexte-ordonnance-1-anonymisc3a9.pdf

11. Elle disait avoir envie de les envoyer aux services sociaux, je n’étais pas d’accord avec ça me désolidarisant de ce genre d’action. Les parents étant des victimes de ces charlatans, il fallait les protéger à tout prix.(***)

SUZANNE : Faux. Je suis sensibilisée au fait qu’il peut y avoir des signalements abusifs. Je n’ai jamais fait de signalement aux services sociaux moi-même et je prends toutes les précautions pour éviter d’exposer à des interventions de ce type. Je crois aux actions de sensibilisation et d’information auprès des parents. 

12. OLIVIA : « Elle m’envoya un lien avec des tas de documents trouvés sur Google« , « Je possédais la plupart de ces documents sachant moi aussi me servir de google…Ce n’est pas très compliqué. Mais cela me rendait service« (***)

SUZANNE : J’ai mené des investigations très poussées en ligne avec des techniques de recherche avancées, un travail très chronophage. Il s’agissait d’obtenir des informations sur des pratiques dissidentes n’ayant pas fait l’objet de médiatisation ni de publication. Il fallait fouiller dans les archives du Web, des pages non indexées par les moteurs de recherche entre autres, des forums, … (*)

Olivia a profité de mon travail pour me dénigrer de façon plus que choquante maintenant. Elle m’a souvent sollicitée pour que je lui envoie des liens pour consulter cette base de 2 gigas que j’ai mis plusieurs années à constituer contenant d’innombrables références de sources et captures d’écran sur des sujets pointus. Sur Messenger, je lui ai envoyé environ 200 liens, dont 24 vers des répertoires.

13. OLIVIA : Elle envoya ce lien à tous les journalistes.(***)

SUZANNE : Faux

  • Faux. Je ne partage pas mon travail personnel avec le monde entier pour que d’autres se l’approprient ou l’exploitent pour un usage non prévu.
  • Il s’agissait de captures d’écran suite à mon enquête dans les groupes Facebook dédiés aux approches « biomed » de l’autisme
  • Petit échantillon représentatif des dérives d’abord, puis plus de documents aux 2 journalistes ayant rédigé un article.
  • Je n’ai envoyé de lien qu’à environ 5 journalistes soigneusement triés et c’est Olivia elle-même qui m’a proposé d’envoyer ce lien précis, et qui m’a donné presque toutes leurs coordonnées mail.
  • Il s’agit d’un accès en consultation pour un usage très précis convenu à l’avance : rédaction d’article pour dénoncer des dérives thérapeutiques.

14. OLIVIA : et je lui proposais donc de l’interviewer dans mon livre en la citant.

Pourquoi a-t-elle depuis supprimé toute mention de mon nom ? (voir 27) Elle avait déjà « oublié » de me citer dans l’article de son blog le 2 avril 2019.

15. OLIVIA : je l’emmenais avec moi au rv que j’avais obtenu à l’ordre des médecins puisque je ne la voyais pas comme une ennemie loin de là mais comme une personne qui allait nous aider à faire avancer la cause.

SUZANNE : C’est la moindre des choses ! En octobre 2017, j’ai commencé à faire une série de signalement de dérives à l’Ordre National des Médecins dont l’un qui a déclenché une procédure d’urgence et menace de suspension pour 10 ans pour un médecin ayant prescrit un cocktail dangereux d’antibiotiques, antifongiques et antiparasitaires en vue d’un traitement à long terme pour traiter l’autisme d’un petit enfant. Procédure qui n’a abouti à rien. Peut-être parce que l’un des trois membres du jury faisait partie de la même mouvance Chronimed ?

16. OLIVIA : Elle fut d’ailleurs grâce à moi présentée et interviewée par le parisien.

SUZANNE : Oui :  » https://www.leparisien.fr/societe/enquete-sur-les-escrocs-de-l-autisme-des-parents-se-confient-01-04-2019-8044494.php . Cet article mentionne mes innombrables captures d’écran qui « sont autant de bombes si les autorités veulent s’en emparer pour faire bouger les choses » .

L’Express aussi mentionne mon parcours : « lanceuse d’alerte malgré elle » https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/les-apprentis-sorciers-de-l-autisme_2062913.html 

17. OLIVIA : Puis il y eu notre audition à la ANSM et en tant qu’association nous les avons saisi. Ils ont demandé des documents, Suzanne a fourni son lien fait de captures d’écran facebook et de doc trouvés sur google. moi j’ai fourni les documents que je possédais avec les témoignages des parents et les interviews faites de certains praticiens, Estelle a fourni son témoignage avec des factures, ses ordonnances. L’ansm a enquêté et déclaré qu’il y avait de quoi faire une plainte au procureur. (***)

SUZANNE : Il s’agissait de documents explosifs dénichés suite à mes investigations

18. OLIVIA : Mon livre était presque fini avec l’interview de Suzanne inclus. Une interview qu’elle avait lu, relu, corrigé, recorrigé et fourni un mail d’autorisation de publication…

SUZANNE : Aucun mail d’autorisation de publication ne m’a été demandé et mes corrections ignorées.

19. OLIVIA : Mais la ANSM voulait auditionner des victimes de ces essais et une association capable de représenter des victimes donc nous fûmes auditionnées mais pas Suzanne. La ANSM allait utiliser certains documents mais pas ceux de Suzanne qui ne constituaient pas des preuves juridiques : les copies d’écran de réseaux sociaux étaient irrecevables, les ordonnances trouvées sur facebook irrecevables puisqu’elles ne comportaient ni numéro ni nom des patients, doc trouvés sur google…idem.

SUZANNE : Il ne fallait pas me demander tout une liste de dossiers en urgence alors pour l’ANSM et m’évincer sans me prévenir, me laissant le découvrir un mois plus tard seulement. Drôle de procédé.

20. OLIVIA : Une plainte est donc partie auprès du procureur. Une plainte qui devait restée secrète puisque nous sommes protégées par l’anonymat des lanceurs d’alerte. Par correction j’en ai fait part à Suzanne et elle a compromis l’anonymat d’Estelle en dévoilant la plainte de la ansm sur twitter (***)

SUZANNE : Anonymat alors qu’un livre sortira le 24/09/2020, présentant Estelle comme la « SEULE » lanceuse d’alerte alors que c’est moi qui ai lancé l’alerte dès 2017, qu’Estelle ne semblait jusqu’ici pas beaucoup s’intéresser à cette cause.

Par ailleurs, les signalements anonymes sont déconseillés

21. OLIVIA : Suzanne a pété les plombs ne voulant pas comprendre que ce qu’elle avait fourni était irrecevable juridiquement. Nous n’y étions pour rien, nous ne sommes pas avocats. Il lui suffisait d’appeler la ansm pour vérifier. je tentais de lui expliquer à moultes reprises, rien à faire. elle nous accusa de tout et de n »importe quoi (***)

SUZANNE : J’ai simplement exprimé mon avis là-dessus très calmement.

Je n’ai reçu la copie du mail à l’ANSM qu’un mois après, le 19/12/2019, au bout de plusieurs relances, sous forme de copier-coller. Lorsque j’ai demandé un transfert, je me suis retrouvée avec 2 versions non concordantes du même mail, y compris les pièces jointes différentes, et avec mon nom orthographié de 2 manières.

22. OLIVIA : Elle voulut une nouvelle fois recorriger son interview, j’acceptais encore.

SUZANNE : Corrections précédentes non prises en compte (cf 18)

23. OLIVIA : Mais elle continua à nous harceler et à nous insulter (***)

SUZANNE : C’est faux.

24. OLIVIA : Donc … (***)

SUZANNE : (Répétition. Voir pt 9)

25. OLIVIA : Elle décida…

SUZANNE : (Répétition – voir pt 22)

26. OLIVIA : Elle harcela aussi mon éditrice (***)

SUZANNE : Faux. Aucun contact à part un seul transfert de mail pour info.

27. OLIVIA : Je retirai donc son interview et son nom mais à sa demande. Malgré tout ce qu’elle nous avait fait, j’avais laissé son nom et son interview au nom de notre combat commun et de notre amitié passée.

SUZANNE : C’est faux.  Je n’ai jamais demandé cela !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-100.png

Elle avait déjà refusé de me citer dans son article sur le biomed sur son site alors que nous échangions depuis 8 mois. https://web.archive.org/web/20200910080211/https://lemagazinedeladifference.com/handicap-biomedical-progres-ou-reelle-derive/

28. OLIVIA : Voilà je suis journaliste

SUZANNE : Ex-journaliste ?https://docs.google.com/document/d/1aNvZlu_QNQ7u7Z9x6T9WGM5OjYeVNVZ4yAuJIIHvnso/edit?usp=sharing

29. OLIVIA : J’aime les faits vérifiés et ce qui m’est insupportable, c’est la malhonnêteté intellectuelle, la manipulation et le mensonge. Alors il n’est pas question que cette femme porte ombrage à notre honneur et notre honnêteté (***)

SUZANNE : Diffamation.

30. OLIVIA : Comme vous …

SUZANNE : (Répétition, voir pt 6)

31. OLIVIA : Et surtout posez lui plusieurs questions : pourquoi n’est-elle pas allée voir la ansm seule avec ces docs. Pourquoi n’a-t-elle pas porté plainte auprès d’eux ? ca ne coute rien, pas besoin d’avocat, c’est gratuit et on peut le faire en ligne.

SUZANNE :

  • J’ai déjà fait de nombreux signalements de mon côté le CNOM à partir de 2017, n’ayant pas abouti, contacté le Directeur Général de la Santé et autres personnalités, et j’ai aussi communiqué un gros dossier concernant les dérives de Chronimed à l’ANSM et j’ai d’ailleurs écrit pour eux cet article de mon blog : https://debatbiomed.science.blog/2019/07/25/antibiotiques-pour-lautisme-une-fausse-piste-de-recherche/ mais c’est certainement plus facile pour une association, avec un avocat, d’être invité à une audience.
Messenger
  • J’ai fait moi-même un signalement avant elles

32. OLIVIA : Si elle avait vraiment enquêté avant nous,…(***)

SUZANNE : Faux. Olivia m’a écrit (mail du 07/01/2020 11:03) qu’elle n’enquêtait que depuis la tribune du 23/07/2018, donc un an après moi.

Olivia est parfaitement au courant de mon enquête avant elle vu que j’ai partagé un grande part de mon travail avec elle. Nos échanges privés, les liens qu’elle m’a demandés l’attestent. Je possède un répertoire de 2 Giga de fichiers tous datés (métadonnées) à partir de l’été 2017.

Par ailleurs, si Olivia avait enquêté quelques mois avant moi, elle n’aurait pas autorisé l’insertion de son témoignage dans le livre Autisme, un nouveau regard d’un médecin radié à vie, décriée même par les partisans d’approches alternatives « biomed », à cause de ses dérives scandaleuses…

33. OLIVIA : …pourquoi

SUZANNE : (Répétition – voir pt 31)

34. OLIVIA : Deux …

SUZANNE : (répétition – voir pt 13)

35. OLIVIA : Nous sommes journalistes, nous nous servons des infos qu’on nous donne mais là en l’occurrence, rien n’est réellement utilisable parce que personne ne prendra le risque de montrer des captures d’écran avec le nom des parents ! (***)

Selon leur code de déontologie, les journalistes doivent respecter la vie privée des personnes. Ils ont des outils pour anonymiser des documents. J’en ai anonymisé pas mal moi-même.

36. OLIVIA : …

SUZANNE : Diffamatoire

37. OLIVIA : Quoi qu’il en soit… (***)

SUZANNE : (Répétition- voir pt 9 et 24)

38. OLIVIA : C’est au bout d’un long moment que nous avons parlé de Suzanne à nos avocats, Estelle et moi, parce que nous n’en pouvions plus. Voilà sur les réseaux c’est facile d’insulter les gens, de croire n’importe quoi, d’écrire des horreurs et de salir l’honneur des gens (***)

SUZANNE : Je n’ai insulté personne ! Ici c’est moi qui suis attaquée. Et ma liberté d’expression n’est pas respectée :

mail reçu le 7 janvier 2020 14h18

Plus d’infos :

Olivia Cattan https://fr.wikipedia.org/wiki/Olivia_Cattan

Estelle Ast Verly https://www.linkedin.com/in/estelle-ast-watchelp/

Chronimed https://debatbiomed.science.blog/category/chronimed/

Mon blog J’y dénonce les dérives d’approches alternatives, et l’approche Chronimed en particulier : https://debatbiomed.science.blog/

Qui suis-je ? J’ai travaillé dans divers domaines d’activité, mais je citerai notamment la recherche clinique, dans le data management (gestion de données), chez Roche, puis Quintiles après le rachat du centre de recherche et à l’hôpital, la traduction freelance, etc…

(*) échanges privés (***) Passages que j’estime diffamatoires en caractères gras

Chronologie complète

2010

Radiation du dr Skorupka, médecin co-fondateur de Chronimed (groupe de médecins qui propose un traitement non reconnu pour « guérir » l’autisme).  https://debatbiomed.science.blog/qui-est-corinne-skorupka/

09/01/2014

Création de l’association SOS Autisme, fondée et dirigée par Olivia Cattan https://www.journal-officiel.gouv.fr/associations/detail-annonce/associations_b/20140005/1340

6/02/2014     
24/10/2014

Parution du livre de ce médecin radié de Chronimed Autisme, on peut en guérir contenant le témoignage d’Olivia Cattan https://fr.calameo.com/read/001475563d988b229a1e9  

10/09/2015

Réédition du livre d’Olivia Cattan, D’un monde à l’autre en version poche. La postface de ce médecin radié est maintenue https://livre.fnac.com/a8631655/Olivia-Cattan-D-un-monde-a-l-autre-Autisme-le-combat-d-une-mere  https://tinyurl.com/r8wca5g

15/05/2017

Parution du livre de Skorupka (radié de l’ordre), Autisme, un nouveau regard. Le témoignage d’Olivia Cattan est publié encore une fois dans ce livre  https://fr.calameo.com/books/001475563a482f5c38a02

Juillet 2017

Début de mes investigations sur les dérives du « biomed » que je découvre en faisant d’autres recherches. Je réalise d’innombrables captures d’écran et fais des recherches très poussées sur le Web (toujours en cours)

16/10/2017

Mes premiers signalements à l’Ordre National des Médecins qui débouchent sur une procédure d’urgence contre un praticien Chronimed https://debatbiomedscience.files.wordpress.com/2020/08/mon-signalement-cnom-1.png . Ils seront suivis par une série d’autres signalements au CNOM

19/06/2018

Un  groupe Facebook « biomed » de 10.000 membres est fermé en catastrophe Contexte : ma plainte en diffamation contre une des deux administratrices du groupe. https://debatbiomed.science.blog/la-fermeture-dun-groupe-biomed/

23/07/2018
27/03/2019

Olivia Cattan et moi à l’Ordre National des Médecins. Je demande des nouvelles par rapport à mes signalements.

01/04/2019

Parution de l’article du Parisien, Enquête sur les escrocs de l’autisme. (nous mentionnant, Olivia Cattan, Estelle Verly et moi-même) https://www.leparisien.fr/societe/enquete-sur-les-escrocs-de-l-autisme-des-parents-se-confient-01-04-2019-8044494.php

02/04/2019

Parution d’un article de l’Express, Les Apprentis sorciers de l’autisme (nous mentionnant, Olivia, Estelle et moi-même). J’y suis mentionnée en tant que lanceuse d’alerte https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/les-apprentis-sorciers-de-l-autisme_2062913.html    

02/04/2019

Article d’Olivia Cattan sur le « biomed » sur son site (magazine de la différence) : https://web.archive.org/web/20200521004850/https://lemagazinedeladifference.com/handicap-biomedical-progres-ou-reelle-derive/   

29/07/2019

Mise en ligne de mon site Web pour mettre en garde contre certaines dérives du « biomed », mais surtout Chronimed https://debatbiomed.science.blog/

04/09/2019

Olivia m’annonce, à ma grande surprise, que son projet de livre, se concrétise. (elle avait évoqué l’idée vaguement le 27 mars)

24/11/2019

Audience à l’ANSM (Estelle Verly et Olivia Cattan). Je suis exclue, à mon insu, croyant qu’il s’agissait d’un entretien préliminaire. Je ne le découvre qu’un mois plus tard https://twitter.com/OliviaCattan/status/1205177898249990146?s=20

3/12/2019

Olivia Cattan refuse de prendre en compte mes corrections d’un court passage me présentant dans son livre à paraître et refuse de me créditer pour mon travail d’investigation

19/12/2020

Je découvre que j’ai été, en fait, écartée de la procédure à l’ANSM alors qu’il était prévu de le faire ensemble.

20/12/2019

Après 18 mois de silence total de sa part, début d’échanges entre Estelle Verly et moi. Un seul échange auparavant, le 23/07/2018, date à laquelle je lui ai parlé de mes investigations et de mes alertes

23/02/2020

Olivia Cattan me dit : « à la moindre critique [de son livre à paraître|, j’aviserai mon avocate de faire le nécessaire » et m’informe que la « seule » lanceuse d’alerte dans son livre à paraître est Estelle Verly

25/06/2020

Je dénonce ces pressions pour museler ma liberté d’expression publiquement sur Facebook

31/07/2010

Olivia Cattan répond à ma publication. Plainte en diffamation en diffamation prévue car elle me fait passer pour une affabulatrice

24/09/2020

Sortie du livre d’Olivia Cattan sur le sujet du « biomed », Le livre noir de l’autisme

%d blogueurs aiment cette page :