(Mis en ligne le 20/09/2020 – Page transférée dans la section blog le 27/03/2021)

Ecoutons leurs arguments :

Cherchez LIA (Lyme Induced Autism) : le site http://www.lymeinducedautism.com est hors ligne car les études ont largement réfuté cette pseudoscience

Traitement d’épreuve, juste pour voir si ça marche ou non, mais ils disent que s’il y a des effets secondaires, c’est bon signe (réaction de Herxheimer ou herx), alors comment peut-on juger ?

Certains ne sont pas au courant que pour mener des études, il faut des autorisations https://pharmacomedicale.org/pharmacologie/developpement-et-suivi-des-medicaments/26-aspects-legislatifs-des-essais-cliniques, et que pour obtenir ces autorisations, il faut en justifier le risque pour les patients et le coût qui est considérable. Il faut également un protocole avec une méthodologie sans faille respectant les bonnes pratiques.

Sans études, on ne peut pas parler de stade expérimental, ni de science. Et faire des expérimentations hors protocole sur des milliers d’enfants, c’est grave. Ce qui est dramatique, c’est toute cette désinformation.

L’urgence, c’est de stopper cette maltraitance médicamenteuse et tout ce non sens

Il y a le problème du déni des effets secondaires, des risques, et aussi des allégations sans fondement. On agite le spectre de la peur, on culpabilise pour mieux manipuler

L’argument choc : « Je l’ai vu à la télé ». Il y a un reportage de quelques petites minutes diffusé en 2012. Ces journalistes ont une lourde responsabilité dans la diffusion de cette pseudoscience.

Les médecins dissidents qui proposent ces faux traitements sur la base de fausses promesses sont présentés comme des héros

Heureusement, beaucoup ne cautionnent pas le dangereux MMS, équivalent de Javel industrielle

Quand ils sont à court d’arguments, il a bloquent l’interlocuteur

Les pages de désinformation sont toujours en ligne, et ceux qui les contestent sont traités de menteurs